180315 Logo1Depuis de nombreuses années la séparation des continents et l’ouverture des océans est décrite comme étant contrôlée soit par les mouvements des plaques tectoniques en surface, soit par l’impact du manteau sous celles-ci. S’il est aujourd’hui relativement aisé de modéliser le mouvement des plaques en deux dimensions (2D), la réalité en 3D reste plus complexe. En effet à la surface de la Terre les plaques se déplacent non pas par translation simple mais en rotation autour d’un pôle (Figure 1). Les forces qui s’appliquent alors varient dans les trois dimensions de l’espace et la modélisation en 2D ne suffit plus. Des chercheurs australiens et français viennent de mettre en évidence que le rôle du manteau est plus important que celui du mouvement des plaques en surface. Ils ont réussi à modéliser ce processus en 3D et à quantifier la magnitude de ces forces.

Cette découverte parue dans la revue Geology du mois de février 2018 a également été mise à la une dans ce même journal.

thumb 180307 logo URGeoLa coopération franco-haïtienne pour le développement de la formation et de la recherche universitaire entre l'UMR Géoazur et l’Unité de recherche en géosciences haïtienne URGéo se renforce. Philippe Charvis (DR IRdien) et Bernard de Lepinay (DR CNRS) sont à l'origine de cette collaboration qui implique un grand nombre de partenaires des deux pays.

 

180209 science AdvancesIl est possible de mieux caractériser les zones de rupture des séismes à venir. C’est ce que suggèrent des chercheurs de Sorbonne Université, de l’IRD et de l’Institut de géophysique de Quito (1) dans un article qui vient d’être publié dans Science Advances . Les équipes de recherche se sont appuyées sur des observations effectuées par GPS, avant et après le séisme de Pedernales (Mw 7.8) qui a frappé la côte équatorienne le 16 avril 2016.