201104 PourquoiPas thumb La campagne océanographique SEALEX (SEarching for ALEX) s'es déroulée du 1 au 9 novembre au large des Alpes Maritimes et de la Ligurie. Elle a mobilisé le vaisseau amiral de la flotte océanographique française, opéré par l’IFREMER : Le N/O Pourquoi Pas ?.

Au lendemain de la tempête ALEX qui a dévasté les vallées des Alpes Maritimes le 2 octobre, cette campagne a été montée dans l’urgence par Sébastien Migeon, Professeur et Gueorgui Ratzov, Maître de Conférences, tous deux spécialistes en Géosciences marines et rattachés au laboratoire GEOAZUR (Université Côte d'Azur – CNRS – IRD - Observatoire de la Côte d’Azur).

201022 sentinelDans la journée du vendredi 2 jusqu’au samedi 3 octobre 2020, les Alpes-Maritimes ont été violemment touchées par la tempête Alex. Ses conséquences dramatiques ont révélé, une nouvelle fois, la fragilité de ce territoire particulier, situé entre la Méditerranée et les Alpes, et sujet aux crues éclairs de grande ampleur.
Ce phénomène hydrométéorologique exceptionnel, ayant généré localement des cumuls de précipitation supérieurs à 500 mm (litres/m²), a engendré des crues dévastatrices des affluents du Var (Vésubie, Tinée) et de la Roya.

uca bleuLes pluies qui se sont abattues le 2 octobre sur les Vallées de la Vésubie, de la Roya et de la Tinée ont été d’une intensité encore jamais mesurée de mémoire d’instrument. Or les modèles prédisent une augmentation de la survenue des pluies intenses et des crues sur les côtes méditerranéennes. L’analyse des données enregistrées et recueillies sur le terrain mais aussi celle de la dynamique de la catastrophe sont donc indispensables pour préparer au mieux les territoires aux différents scénarios qui pourraient advenir.

200921 LRO

La mesure de la distance Terre-Lune par télémétrie laser est réalisée depuis presque 40 ans par la station de télémétrie laser lunaire (LLR) à Grasse. L’équipe du laboratoire Géoazur-Observatoire de la Côte d’Azur qui opère la station est à l’origine de développements expérimentaux permettant l’exploitation d’une longueur d’onde infrarouge, ce qui a permis de décupler les capacités de la télémétrie lunaire en termes de quantité de données et de couverture du cycle lunaire.