180117 logo2La théorie de la relativité générale prédit que la chute libre est universelle, c'est-à-dire que la chute d'un objet est indépendante de sa composition, de sa masse, ou de son énergie. L'universalité de la chute libre est donc au cœur de la formulation actuelle des lois de la physique, et l'observation d'une violation de celle-ci serait ainsi révolutionnaire.

Le satellite MICROSCOPE a récemment tester cet aspect avec des masses de compositions différentes (platine versus titane), et a pu vérifier cette universalité à quelques 0.000 000 000 001%.

171220logoDans une étude publiée dans la revue Science Advances le 20 décembre 2017, une équipe constituée de chercheurs de Géoazur (Université Côte d'Azur / CNRS / IRD / OCA), du California institute of technology (Caltech, USA) et de la King Abdullah university of science and technology (Kaust, Arabie saoudite) est parvenue à modéliser la rupture sismique induite par une injection de fluide, et à comprendre pourquoi cette rupture dynamique s’arrête.
Cette nouvelle étude s'appuie sur les observations de la sismicité induite pour faire progresser notre compréhension de la mécanique des tremblements de terre.

 

171213logoGéoazur synonyme d'excellence scientifique dans le domaine de la géophysique 

L'Université Côte d'Azur a rendu hommage à ses chercheurs, enseignants-chercheurs, artistes et doctorants qui ont obtenu un prix prestigieux durant l'année 2017, lors d'une soirée des lauréats de prix d'Excellence, le 12 décembre 2017.

Cinq chercheurs de l'UMR Géoazur (UNS,CNRS, OCA,IRD) , à travers deux grands prix de l'Académie des Sciences et trois prix doctorants et post-doctorants, ont été mis à l'honneur  pour l'excellence de leur travaux qu'ils ont effectués avec leurs équipes.

171122 a.chemanda 1

 

Le Grand Prix Dolomieu 2017 de l’Académie des Sciences a été attribué cette année à Alexandre Chemenda de l’UMR Géoazur (UNS, CNRS, OCA, IRD) physicien, professeur à l’Université Nice-Sophia Antipolis (aujourd’hui Université Côte d’Azur). Ce prix récompense ses travaux menés sur la modélisation géomécanique de la lithosphère, grâce au soutien du CNRS, de l’Université Nice-Sophia Antipolis et de l’Observatoire de la Côte d’Azur.