Dans la journée du vendredi 2 jusqu’au samedi 3 octobre 2020, les Alpes-Maritimes ont été violemment touchées par la tempête Alex. Ses conséquences dramatiques ont révélé, une nouvelle fois, la fragilité de ce territoire particulier, situé entre la Méditerranée et les Alpes, et sujet aux crues éclairs de grande ampleur.
Ce phénomène hydrométéorologique exceptionnel, ayant généré localement des cumuls de précipitation supérieurs à 500 mm (litres/m²), a engendré des crues dévastatrices des affluents du Var (Vésubie, Tinée) et de la Roya.

uca bleuLes pluies qui se sont abattues le 2 octobre sur les Vallées de la Vésubie, de la Roya et de la Tinée ont été d’une intensité encore jamais mesurée de mémoire d’instrument. Or les modèles prédisent une augmentation de la survenue des pluies intenses et des crues sur les côtes méditerranéennes. L’analyse des données enregistrées et recueillies sur le terrain mais aussi celle de la dynamique de la catastrophe sont donc indispensables pour préparer au mieux les territoires aux différents scénarios qui pourraient advenir.

Les projets de recherche phares

Les dix dernières publications internationales