200305 Insightseis thumbLes premiers résultats de la mission InSight de la NASA, sont sortis fin février 2020. InSight a pour mission d'enregistrer l'activité sismique sur Mars grace à un sismomètre très large bande, SEIS, qui a demandé plus de deux décennies de développement aux ingénieurs français.
Depuis un an, SEIS a enregistré 150 séismes sur Mars. Géoazur participe à cette aventure en exploitant les données à des fins pédagogiques mais aussi scientifiques.

 

200305 Insightseis probing subsurface sarter bigA Géoazur, l'activité phare porte sur le volet Education (une part importante dans les missions NASA). Deux jours d'échanges et d'ateliers ont d'ailleurs été organisés les 3 et 4 mars 2020, à Sophia Antipolis pour les professeurs du second degré par l'équipe du projet ERASMUS+STIM et par la cellule Education de Géoazur (Jean-Luc Berenguer, Julien Balestra, David Ambrois, Fabrice Mourau). Cette cellule très active est devenue une référence pour la pédagogie de la sismologie martienne.
Aujourd'hui une centaine de classes dans douze pays suivent l'aventure Insight à travers les données de la mission mises à disposition par la cellule Education de Géoazur (ici: https://insight.oca.eu/fr/accueil-insight).
Une publication sur les activités de la cellule Education dans le projet InSight  est paru en mars 2020 dans Seismological Research Letters

Côté science, les activités à Géoazur se poursuivent sur l'atmosphère martienne (Lucie Rolland) et démarrent avec un nouveau regard sur les données du capteur sismique. Sur la Côte d'Azur, d'autres recherches menées au laboratoire Lagrange s'intéressent à mieux comprendre la structure et l'évolution thermique de la croûte martienne"

Les données enregistrées par les différents instruments sont en accès libre sur le site  https://pds-geosciences.wustl.edu/missions/insight/index.htm.
Toutes les actualités des activités de SEIS sont a retrouvées sur le "site SEIS" qui lui est dédié.

Aujourd'hui la missions InSight en chiffre c'est  :
- 174 séismes martiens détectés en 10 mois terrestres soit environ 300 jours martiens (dits "sols"), 20 de ces "marsquakes" ayant une magnitude entre 3 et 4.
- 1x10-10 m.s-2.Hz1/2 le niveau de bruit à basse fréquence (entre 0.02 et 2Hz) enregistré de nuit par le sismomètre à large bande
- 450 sols : la durée du séjour martien de la sonde InSight
-Un fait inexpliqué: un effet saisonnier sur l'activité sismique martienne.
-De grands absents (pour l'instant): aucun séisme de magnitude supérieure à 4 et aucun impact de météorite détecté sur un an d'enregistrement, pas d'ondes de surface dans les signatures sismiques.

L'enjeu pour la mission est maintenant sa reconduction pour deux années supplémentaires (soit une année martienne).

Plusieurs laboratoires du CNRS dont le LMD (CNRS/ENS Paris/Ecole polytechnique/Sorbonne Université), le LPG (CNRS/Université de Nantes/Université d’Angers), l’IRAP (CNRS/Université de Toulouse/CNES), le LGL-TPE (CNRS/Ecole normale supérieure de Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1), l’IMPMC (Sorbonne Université/Museum national d’Histoire naturelle/CNRS) et LAGRANGE (CNRS/Université Côte d’Azur/Observatoire de la Côte d’Azur) participent avec l’IPGP et l’ISAE-SUPAERO aux analyses des données de la mission InSight. Ces analyses sont soutenues par le CNES et l’Agence nationale de la recherche (projet MAGIS).
Six articles ont été publiés à ce jour, cinq dans Nature Geoscience et un dans Nature Communications

Pour en savoir plus sur cette année d'activités:

Communiqué InSight SEIS du 18 février 2020
Communiqué CNRS-INSU du 24 février 2020
Communiqué NASA du 24 février 2020

En savoir plus sur la mission InSight de la NASA

Illustration : Vue d’artiste montrant le sondage de la proche surface du site d'atterrissage d'InSight par trois techniques différentes : résonance du berceau de support du sismomètre, ondes générées par les tentatives d'enfouissement du pénétrateur HP3 dans le sol, et enfin déformation de la surface par les tourbillons de poussière (© IPGP/Nicolas Sarter).