ANO1-T2L2

L’Observatoire de la Côte d’Azur développe l’activité de transfert de temps (multi-techniques) dans la perspective d’ACES/Pharao (à lancer prochainement à bord de la Station Internationale ISS) d’une part, et de GNSS/GALILEO d’autre part. L’expérience acquise avec le projet spatial T2L2 (basé sur le laser) est fondamentale ; il faut la poursuivre et mettre en place un véritable service scientifique, à terme multi techniques. Les besoins dans ce cadre concernent :

  • Le développement d’un service de diffusion des résultats des transferts de temps accumulés entre les stations au sol et le satellite Jason-2 (cf la page web sur T2L2,sous la forme de macro-données, en direction de plusieurs communautés : temps-fréquence national et international, notamment dans le cadre du tout nouveau Labex T-FIRST (conduit par l’Observatoire de Paris) ; acteurs en géodésie spatiale et en Physique Fondamentale,
  • L’évolution des systèmes micro-ondes déjà existant : GPS et Two-Way, en place à l’OCA,
  • La construction d’une échelle de temps spatiale à partir des données des transferts de temps sol-espace disponibles.

Développements instrumentaux : les stations de télémétrie laser du réseau international participant à T2L2 doivent être munies d’une instrumentation dédiée pour l’étalonnage qui doit être renouvelée.

Organisation de campagnes : réaliser des campagnes de transfert de temps entre différents horloges, en utilisant notamment la station laser mobile de l’OCA et l’équipement électronique d’étalonnage,

Analyse des données : corréler l’ensemble des mesures laser disponibles sur réseaux aux données prises à bord de Jason-2 par l’instrument T2L2, gérer la base de données, faire l’analyse des évolutions à venir.

Contact local : E. Samain

Contact national : P. Exertier

ANO1-Microscope

L’observatoire de la Côte d’Azur développe des algorithmes et des logiciels pour l’étalonnage, la validation et l’analyse des données de la mission MICROSCOPE.

2016 sera l’année du lancement et la recette en vol puis l’arrivée des premières données en 2016 et 2017 conduiront certainement à des adaptations importantes des logiciels. De plus, la nécessité de corriger le signal principal de l’effet du gradient de gravité nous a amenés à considérer un peu plus tardivement les mesures de gradient de gravité comme un sous-produit de la mission MICROSCOPE ; il reste à compléter, valider et fiabiliser la chaine de production de ce produit. Enfin, à la suite d’un appel à propositions, d’autres projets d’analyse des données MICROSCOPE, par de nouvelles équipes scientifiques, ont été retenus ; il faudra assurer l’interface et les « pré-processing » nécessaires pour ces nouveaux groupes. Dans ce contexte les besoins pour MICROSCOPE à l’OCA dans le futur proche concernent :

  • L’évolution des procédures et logiciels d’étalonnage en fonction des résultats de la recette en vol et des premières séries de mesures.
  • Le développement de la fourniture des mesures de gradient de gravité convenablement étalonnées.
  • La participation à la fourniture de produits, outils et explications adaptés aux équipes ayant été sélectionnées pour des analyses alternatives des données de MICROSCOPE.

Contact local : G. Metris

Contact national : G. Metris

ANO1-Ephemerides

L’Observatoire de la Côte d’Azur assure la création et le développement d’éphémérides d’objets du système solaire et participe à la distribution de ces éphémérides. Il assure notamment la création régulière des nouvelles éphémérides planétaires INPO. Il répond aux demandes spécifiques émanant de missions spatiales de l’ESA comme cela a été la cas en 2011 pour la mission GAIA et comme cela est le cas pour les missions Bepi-Colombo et JUICE. Pour cette dernière, la participation de l’OCA dans l’expérience de radio-science 3GM va nécessiter de nouveaux développements spécifiques à la mission dont en particulier la modélisation du système jovien dans son ensemble en collaboration avec l’équipe du PI à l’université de La Sapienza.

D’autre part, les activités de suivi laser-lune opérées par l’OCA produisent des données utilisées par l’OCA pour la mise en place de nouveaux algorithmes devant aboutir à des éphémérides originales de la Lune. Ces algorithmes sont en cours de validation et de tests.

Un sous-produit des éphémérides planétaires INPOP concerne l’estimation de masses d’astéroïdes de la ceinture principale en quantité significative. Une activité de validation de ces masses, de comparaisons avec les masses publiées par ailleurs et de distribution de ces masses devra être structurée dans un futur proche au sein de l’établissement. Dans ce même contexte, la mise en place de nouveaux algorithmes de calculs (tirages de Monte-Carlo, approche bayésienne) devra aussi être explorée.

Enfin dans les années à venir, la mission Gaia va fournir un catalogue stellaire d’une précision jamais atteinte de même qu’un catalogue d’orbites d’objets du système solaire directement rattaché au nouveau système de référence Gaia. Une tâche de service à mettre en place sera la prise en compte de ce catalogue d’orbites dans les éphémérides de même que les positions des planètes et des satellites planétaires obtenues par la re-analyse d’observations anciennes avec le nouveau catalogue Gaia.

Dans un futur proche, les besoins pour l’activité "éphémérides" à l’OCA concernent :

i) le support au développement pour la mission JUICE d’éphémérides du système jovien, la distribution des éphémérides produites se faisant dans le cadre de la mission JUICE.

ii) la validation de nouveaux algorithmes d’utilisation des données laser-lune produites par l’OCA pour la construction de nouvelles éphémérides de la Lune, puis la distribution de ces algorithmes.

iii) l’optimisation des procédures de calcul de masses d’astéroïdes par rencontres proches entre eux et avec les planètes ainsi que la validation et le contrôle qualité de ces estimations puis leur distribution.

iv) l’intégration dans la construction des éphémérides des données issues de la mission Gaia : catalogue d’orbites d’objets du système solaire, masse d’astéroïdes et nouvelles

Contact local : A. Fienga

Contact national : D. Hestroffer

Aller au haut