Avec les poles Observatoire et R&D, l’activité de métrologie instrumentale mène une recherche active pour l'amélioration permanente de ces liens métrologiques en termes d'exactitude, de précision, de portée, d'opérabilité et de stabilité des observations. L’avenir de la géodésie spatiale réside dans la combinaison de données issues de différents instruments regroupés sur un même site. Notre ambition est de structurer des données issues des instruments de l’Observatoire Géodésique Fondamental (OGF) de Calern, de travailler à leurs rattachements et d’offrir à la communauté une visibilité de l’ensemble des observations menées.

Les OGF sont des observatoires multi-techniques soutenus par l’IAG dans le cadre de l’observation de la Terre et du changement climatique, afin d’atteindre une exactitude millimétrique. Le site d’observations multi-techniques situé sur le plateau de Calern (OCA) est constitué d’une station de télémétrie laser sur satellites et sur la Lune, d’un laboratoire temps-fréquence, de récepteurs/antennes géodésiques DORIS, GNSS, et TWSTFT, un site gravimétrique et un réseau local de haute métrologie (inclinomètre, piliers géodésiques). Cet Observatoire, unique en France, permet l’acquisition de données en lien avec les communautés de physique fondamentale, en planétologie, de temps-fréquence, des systèmes de référence et de métrologie. Il est engagé dans les Services Nationaux de l’INSU.

Enfin, les activités de métrologie de l’équipe s’étendent aussi au développement d’un nouveau concept de station laser, autonome, fiable et pilotable à distance ; ce prototype aujourd’hui à l’étude servira les intérêts de l’Observatoire Géodésique de Tahiti pour lequel la France et les Etats-Unis souhaitent, ensemble, une station d’observation VLBI en association avec une télémétrie des satellites GNSS et d’Observation de la Terre.

Principales Collaborations : Laboratoire Artémis, Laboratoire Lagrange, ONERA, CNES, INAF, ILRS

Figure 7 : The geodetic observation infrastructures provide the bases for the determination and maintenance of the Global Geodetic Reference Frame (GGRF). (Crédit IAG)